Historique du Club (2008)

Les origines du Club d’ornithologie d’Ahuntsic (COA) remontent à un entrefilet publié en septembre 1989 dans un journal de quartier où on invitait les gens intéressés aux oiseaux à se rencontrer au chalet d’accueil du Parc-nature de l’Île-de-la-Visitation (PnIV). Onze personnes répondirent à l’appel le 7 octobre. Dès le 4 novembre 1989, le Club comptait 22 membres; un Grand-duc d’Amérique avait été observé lors d’une des premières excursions du Club, ce qui a mené à l’adoption de notre emblème aviaire. Dès décembre, le Club est officiellement constitué avec ses lettres patentes, est membre de l’AQGO (maintenant le Regroupement Québec Oiseaux) et participe à son premier recensement de Noël Audubon (16 personnes à -26ºC).

La première illustration de l’emblème aviaire du Club est produite en janvier 1990, et 23 personnes participent à une des premières sorties à l’extérieur où les premières bases d’un système de covoiturage sont établies. En janvier 1991, le Club se dote d’une adresse postale permanente et le bulletin des observations du PnIV existe déjà avec 140 espèces observées en date du printemps. La première réunion générale se tient à la maison du Marchand de Glace dans le Parc-nature, on y structure le système de covoiturage. Le Club intéresse une centaine de personnes à cette époque.

Au printemps 1992, le Club prend charge de la piste des 46 nichoirs préalablement installée au parc national d’Oka et contribue à ÉPOQ pour l’étude des populations des oiseaux nicheurs du Québec (les feuillets d’observations que nous remplissons maintenant à chaque excursion). À l’été 1992, la cotisation des membres passe de 12$ à 14$ ce qui inclut un abonnement au magazine Québec Oiseaux. À l’hiver 1992, on établit les fondations du journal le Grand-duc dont le premier numéro paraît en décembre et le Club offre la première conférence à ses membres.

Le printemps 1993 est une période active : le COA est invité à participer au projet de mise en valeur du site des Moulins du PnIV ainsi que de participer à la conservation du boisé St-Sulpice. Le COA participe à l’installation des nichoirs à Canards branchus sur l’Île du Cheval de Terre et supporte la Ville en guidant les excursions d’initiation à l’ornithologie au Parc-nature. C’est là l’origine des populaires soirées d’observation du printemps et de l’automne que le Club maintient. Les 111 membres en règle cotisent 15$ chacun à cette époque, dont une vingtaine de bénévoles qui rendent les activités possibles. Le Club publie sa première brochure d’information. Le premier calendrier des activités structuré est publié pour la période hiver 1993 – printemps 1994.

À l’été 1994, le Club compte une centaine de membres inscrits et « Roseline Cardinal » reçoit les premiers messages téléphoniques des membres (le répondeur est installé au domicile de la présidente); une chaîne téléphonique est également mise sur pied pour diffuser de l’information aux membres. En 1994, le Club fête son 5e anniversaire en organisant une chasse aux trésors thématique, un bingo et un souper; une des membres fait la promotion du Club à la radio.

Le Club accepte de prendre la responsabilité de l’entretien des nichoirs de l’Île du Cheval de Terre à la demande de la Ville en 1996, installe des nichoirs à Canards branchus supplémentaires au Parc-nature de l’Île Bizard et se voit attribuer son premier territoire officiel par la Société Nationale Audubon pour le Recensement des Oiseaux de Noël (RON). La « Jaseuse », telle que nous la connaissons maintenant reçoit ses premiers appels en 1997.

Le premier site web du Club voit le jour à l’automne 2000 alors que le Club compte une centaine de membres; il sera amélioré au début de 2001 alors qu’il reçoit environ 50 visites par mois. C’est au printemps 2001 que le Club emménage dans ses locaux actuels au Centre de Solidarité Ahuntsic. Une adresse courriel est créée en avril 2002 pour communiquer avec les membres « branchés »; le Club compte environ 230 membres à cette époque et la cotisation est portée au niveau de 22$ (32$ pour les familles et 15$ pour les étudiants). On plante un arbre commémoratif au PnIV. En 2003, le Club compte 4 membres honoraires et est constitué de 250 membres.

À l’occasion de son 15e anniversaire en 2004, le Club organise un souper, prend officiellement charge de son territoire actuel pour le RON et parraine un Grand-duc d’Amérique auprès de l’UQROP.

En 2008, le Club est à l’aube de son 20e anniversaire et perpétue la tradition initiée pas ses fondateurs en offrant à ses plus de 250 membres de nombreuses excursions, des cours intéressants, un journal dynamique et conférences de qualité grâce au support et à l’implication de ses nombreux bénévoles.

Publicités

Historique du Club (2001)

À l’origine, une poignée d’ornithologues amateurs du quartier Ahuntsic, à l’initiative d’André Bouchard, fondèrent le club à l’automne 1989. Au cours d’une première excursion officielle du club le 4 novembre 1989 au parc-nature de l’Île-de-la-Visitation, avec la participation déjà importante de 25 personnes, l’observation la plus notable fut celle d’un Grand-duc d’Amérique, ce qui détermina son choix comme oiseau vedette du COA. Dès sa première année, le dynamisme du club se manifestait, sous la présidence d’André Bouchard. Déjà, la collaboration s’établissait avec la Communauté urbaine de Montréal; le club s’engageait à aider la CUM dans l’élaboration de ses activités ornithologiques au parc-nature et soumettait le 15 janvier 1990 un plan d’aménagement en vue de fournir nourriture et gîte aux oiseaux. C’est ainsi que deux premières mangeoires furent installées dans le parc-nature. Le club bénéficia jusqu’en 1997 d’un local et de l’accès à la maison du Marchand de glace où eurent lieu les premières conférences. Une première liste des oiseaux du parc-nature de l’Île-de-la-Visitation fut compilée grâce à l’apport de Denis Jutras et amena à la publication d’un feuillet qui est périodiquement mis à jour. Le club participa régulièrement à la table de concertation concernant les activités du parc et du quartier.

L’année suivante, avec Francis Brabant, le club consolida ses acquis. C’est à cette période que fut créé par Michel Gosselin le logo du club. Un premier journal publié par Francis vit le jour à l’automne 1990, mais il fallut attendre en décembre 1992 pour qu’il soit publié régulièrement 3 fois par année alors que Patrick Samson en eut la responsabilité pendant 4 ans; Dominique Granger reprit le flambeau avant qu’Alain Renaud ne relève le défi en février 1997 et qu’il assume 4 publications annuelles.

Dans les années qui suivirent, le club évolua rapidement d’une quarantaine en 1989 vers 120 à 150 membres annuellement. Les excursions qui, les premières années, étaient bi-mensuelles le samedi seulement, devinrent hebdomadaires; il y eut aussi des excursions en semaine à compter de septembre 1992 et même des excursions mystères furent implantées en mars 1996. Le point de départ de nos excursions est toujours resté le parc-nature de l’Île-de-la-Visitation et nous avons établi le co-voiturage pour les excursions à l’extérieur de notre territoire. À noter aussi que les conférences sont une des activités régulières du club et attirent une clientèle passionnée d’ornithologie. Pour faciliter la diffusion des informations sur les activités du COA, le club s’est doté en 1994 d’une ligne téléphonique et d’un répondeur.

Sous la présidence de Marie-Hélène Bécot (janvier 1992-mai 1997), sollicité par le Comité des citoyens pour l’aménagement du Boisé Saint-Sulpice, le club s’impliqua -1992-1996- pour appuyer la demande de protection et de mise en valeur du boisé et a formulé des recommandations pour protéger l’habitat des oiseaux dans ce boisé urbain du quartier Ahuntsic. Ces recommandations ont été intégrées dans un mémoire qui a été rendu public le 19 avril 1993. Par la suite le club fut directement impliqué avec la Ville de Montréal sur le choix et l’emplacement des équipements du projet d’aménagement qui en résulta et participa en 1995 à l’installation d’une série de 20 nichoirs. Plusieurs membres ont collaboré aux activités de nettoyage et de plantations d’arbres.

Admis au sein de l’AQGO (Association québécoise des groupes d’ornithologues) depuis avril 1990, le COA est membre du conseil d’administration. Nous sommes même représenté au comité exécutif par Marguerite Larouche qui y siège depuis juin 1996. À l’automne 1994, plusieurs activités furent organisées pour souligner le 5e anniversaire du COA: chasse au trésor, soirée bingo-oiseaux, souper-anniversaire. C’est à la suite d’une proposition d’Yvette Roy et aux démarches qu’elle entreprit que le COA se dota en mai 1996 d’un chandail et d’un macaron aux couleurs du club.

En 1996, la Société nationale Audubon a attribué un territoire pour la participation officielle du COA au décompte annuel des oiseaux de Noël. Parmi les autres activités annuelles, les membres du COA participent en grand nombre aux 24 heures de mai de la région de Montréal depuis 1992. Avec l’arrivée d’une nouvelle équipe dirigée par Marguerite Larouche, le club s’est doté en 1998 de nouveaux règlements beaucoup plus étoffés que la version très abrégée qui existait jusque là.
(merci à M.-H. Bécot pour cet extrait)

Historique du Club (2000)

Dimanche le 5 décembre 1999 ; une grande journée pour le COA : la remise en liberté de « Ahuntsic » avec l’UQROP. Ce jour a débuté avec une sortie au Boisé Papineau et s’est poursuivi au Parc-nature de l’Île-de-la-Visitation par une conférence de L’ Union québécoise de réhabilitation des oiseaux de proie. Chantal Croteau, notre animatrice, nous a raconté son étonnante rencontre avec un Harfang des neiges, lors d’une randonnée en ski de fond.

Chantal nous a montré un diaporama qui nous a fait suivre toutes les étapes que les oiseaux de proie blessés doivent franchir avant d’être mis en liberté et qui nous a fait découvrir la plupart des rapaces que nous retrouvons au Québec. Par la suite, à l’aide d’explications, elle nous a fait une démonstration, entre un oiseau diurne et un nocturne. Quand elle a fait bouger la plume de l’oiseau diurne, un sifflement s’est fait entendre et lorsqu’elle a bougé la plume de l’oiseau de nuit, ce fut le silence total : une expérience à la fois surprenante et convaincante. Elle a terminé cette première partie en nous montrant plusieurs parties anatomiques (ailes, pattes, ossements) d’oiseaux de proie, que nous pouvions toucher et manipuler.

oiseauAhuntsic_grand-duc_2000

Nous avons poursuivi cette journée avec la mise en liberté d’un Grand-duc d’Amérique, nommé Ahuntsic par notre club d’ornithologie. Naturellement, la mise en liberté a eu lieu à l’extérieur. Les gens se sont placés en demi-cercle, Chantal au centre avec la boîte qui contient l’oiseau. Bien sûr avant d’ouvrir la boîte, Chantal nous a donné l’historique de Ahuntsic. Elle a enfin ouvert la boîte : l’oiseau en est sorti un peu ébranlé, puisqu’il était à l’intérieur depuis plusieurs heures. Il a regardé quelques instants autour de lui et s’est envolé hors de notre vue, direction Nord-Ouest. Ce fut un moment très court mais rempli de joie et d’émotion.

De retour au chalet, la conférence s’est poursuivie avec la présentation des oiseaux de proie, ambassadeurs de L’UQROP. Chantal nous a présenté une Crécerelle d’Amérique mâle, en nous expliquant son histoire et la raison pour laquelle il ne peut être remis en liberté. Le deuxième ambassadeur fut une grande surprise, car pour la première fois, l’oiseau était présenté à une conférence : un magnifique Harfang des neiges juvénile qu’on a pu admirer à notre guise. Cet oiseau possède une histoire familiale assez spéciale, puisque les géniteurs de ce Harfang des neiges sont frère et sœur. Il ne peut donc être remis en liberté, car il pourrait éventuellement y avoir des problèmes génétiques pour ses oisillons. Ce fut une journée très intéressante et Chantal Croteau a su nous faire apprécier et connaître davantage l’UQROP et les oiseaux de proie du Québec.
(par Lise Beaudoin)