Les oiseaux du Technoparc vous disent Merci!

On voulait juste dire merci à tous ceux qui ont participé à l’activité Vendredi saint des milieux humides du Technoparc, un gros merci. On tient à remercier également tous les bénévoles et guides qui ont contribué à organiser cette activité. Plus de 250 personnes divisées en une dizaine de groupes ont visité ce site important sur l’île de Montréal.

En tout, nous avons identifié 63 espèces d’oiseaux, ce qui est excellent pour un 14 avril. Pour eBird, qui fournit de riches sources de données pour des informations de base sur l’abondance et la répartition des oiseaux, les milieux humides du Technoparc est maintenant en 9e position historiquement sur l’île (pas mauvais pour un lieu qui commence seulement à être fréquenté). Pour l’année 2017, le site est actuellement en 1ère position sur l’île de Montréal et 2e dans la province. Déjà 94 espèces!

On vous encourage à visiter le Technoparc les prochaines semaines et prochains mois. Pour ceux qui pensent que ce site est perdu d’avance par le développement, détrompez-vous! À l’heure actuelle, seulement un petit pourcentage du site a été endommagé par les travaux du futur Éco-Campus Hubert (Marais Ipex et des Sources Reeves et même le Golf Dorval des années avant du développement) et nous serons bientôt au courant par le verdict du juge à l’injonction ce printemps-ci, si le Technoparc ont mal fait leurs études environnementales.

Il reste beaucoup à sauver et aucun développement est prévu pour les prochaines années, donc les oiseaux vont pouvoir continuer à nicher et utiliser ce site.

Le rassemblement de ce Vendredi saint était une belle démonstration de ce que nous pouvons faire ensemble pour protéger les habitats de ces oiseaux. Les oiseaux ont besoin de votre appui pour leur sécurité. On espère que vous allez continuer à les supporter. Nos amis (es) ont besoin de vous pour parler en leur nom.

Pour signer et partager la pétition ou faire un don pour la cause: www.technoparcoiseaux.org. Merci!
(par Joël Coutu)

Publicités

Conservation : Inventaires 2017

Possibilité de participer à des inventaires

Aux membres qui seraient intéressés à faire des inventaires d’oiseaux en cette année 2017, Frédéric Hareau fait un appel à tous. Voici les renseignements généraux plus bas. Contactez le club pour plus de détails:
Nous voulons partager avec vous des opportunités de participer, au travers d’inventaires d’espèces d’oiseaux, à des initiatives importantes visant à la conservation des espèces. En particulier 2 initiatives qui pourraient être intéressantes pour vous :
       Le programme SOS-POP, qui se concentrera sur le suivi des Martinets ramoneurs dans la région de Montréal pendant la période de nidification. La liste des sites de suivi et le protocole d’inventaire sera communiqué début mai. Les informations sur les priorités 2017 du SOS-POP sont présentées dans le Migrateur.
       Le relevé des oiseaux Nicheurs, qui est à réaliser en juin. A noter que cet inventaire nécessite d’être capable d’identifier les chants de la grande majorité des oiseaux qui se retrouvent au Québec, et s’adresse donc aux observateurs plus expérimentés.
 
Si vous êtes intéressés à participer, contactez Frédéric Hareau par le club. Il lui fera plaisir de répondre à vos questions et/ou de vous mettre en contact avec responsable de ces inventaires. Vous pouvez aussi également contacter directement les responsables via les sites internet présentés ci-dessus. Si c’est le cas, merci d’en informer Frédéric qui suit les activités de conservation du COA.
 
Lors de la sortie que Frédéric guidera le samedi 27 mai 2017, nous aurons l’occasion également l’occasion de discuter des inventaires et de pratiquer un peu quelques ‘techniques’ d’inventaire.
  
En vous remerciant pour votre engagement.
(par Frédéric Hareau)

Chasse aux Tourterelles tristes‏

Merci à ceux et celles qui ont répondu à notre sondage sur l’ouverture potentielle de la chasse à la Tourterelle triste. Après avoir colligé les réponses reçues, nous en avons résumé le contenu et voici la réponse que nous avons fait parvenir au Regroupement Québec oiseaux (RQO) en juin 2015 :

« Nous sommes contre la chasse à la Tourterelle triste même si nous ne connaissons pas sa situation réelle. Et voici quelques-unes de nos raisons :

C’est un leurre de croire que l’Homme peut réguler correctement son milieu. Il a créé des débalancements parfois pire que le problème d’origine (en exemple : le dindon dont la chasse a été permise et qui est aujourd’hui en déclin d’où l’interdiction de le chasser.)

Plusieurs d’entre nous avons observé une diminution de Tourterelles tristes dans notre environnement immédiat. D’où notre désir de les protéger afin qu’elles ne disparaissent pas comme la Tourte qui était elle aussi en grand nombre autrefois.

Les Tourterelles tristes sont dans des zones urbaines et suburbaines et nous ne voulons pas subir les tracas d’une chasse dans notre proximité.

Laissons faire la nature pour qu’elle trouve la voie de l’équilibre. Si une population animale augmente trop, des prédateurs naturels se présenteront pour remettre de l’ordre ou la génétique naturelle d’adaptation y veillera à sa manière. De nombreuses espèces animales (oiseaux ou autres) disparaissent régulièrement du globe et de nouvelles, non encore connues ou répertoriées, viennent au monde parallèlement. »